Adrien Cachot, l'électron libre

Finaliste de la 11e saison de Top Chef, Adrien Cachot a conquis les téléspectateurs. Cuisine innovante, personnalité influente sur Instagram : l'ancien chef du restaurant Détour, à Paris, a une belle carrière devant lui.

Adrien Cachot, l'électron libre
© Louis Boucharinc - @tgpguide

La crise du Covid-19 rend le temps particulièrement long pour de nombreux chefs. Adrien Cachot peut en témoigner. Après avoir démarré l'année 2020 sur les chapeaux de roue avec une place de finaliste dans l'émission Top Chef, le Girondin a vécu des mois beaucoup plus calmes avec la fermeture de Détour, son restaurant parisien. Désormais, il n'a qu'une seule hâte : retrouver ses clients.

Biographie d'un chef populaire

Né le 10 octobre 1989 à Cenon, Adrien Cachot a dû forcer le destin. Ce fils d'artisans a rapidement connu des difficultés scolaires. "J'aimais bien l'école, mais je n'étais pas fait pour un système normal", dit-il à TV Mag. À la fin de la troisième, il tente de s'inscrire en maçonnerie, en couture et en cuisine. Chaque demande se solde par un échec. Heureusement, son père lui trouve un stage de deux semaines au restaurant La Cape, de Nicolas Magie. Son apprentissage durera finalement trois ans…

"J'ai ressenti un sentiment fort de rejet de la société. On est nombreux dans ce cas. C'est hyper destructeur, on n'imagine pas à quel point. On se désocialise. Une période compliquée. Je me suis retrouvé au pied du mur. Et voir tes parents déçus quand tu as 15 ans, c'est dur", confie-t-il au Parisien. Peu à peu, la cuisine devient une passion dévorante. Ce passionné de football et de graffiti enchaîne ensuite les expériences concluantes : deux ans à La Cantine du Troquet de Christian Etchebest, trois ans à la brasserie Ze Rock (à côté de Bordeaux) puis un an en tant que chef du Peter Pan, un bar à tapas parisien.

Fin 2019, sa participation à la 11e saison de Top Chef lui offre un coup de projeteur majeur. Sa place de finaliste, une déception ? "J'ai reçu tellement de positifs que j'ai fini par oublier l'issue de la finale." En effet, sa personnalité"compliquée à cerner" a séduit une large partie du public. Simple, charismatique, Adrien Cachot sort des sentiers battus.

Un restaurant prometteur

Aux côtés de sa femme franco-japonaise, Emie Wada, Adrien Cachot ouvre en 2017 son premier restaurant dans le quartier de la Trinité (9e arrondissement de Paris). Baptisé Détour, cet établissement bistronomique au décor épuré d'une petite vingtaine de couverts fait la part belle aux produits de saison. Un menu très abordable au déjeuner (22 euros), une partition gastronomique plus poussée au dîner (65 euros) : le chef séduit les clients. Rapidement, le bouche-à-oreille fonctionne.

Après le succès de Top Chef, le trentenaire décide de fermer son restaurant. Il a un tête un autre projet très clair qu'il concrétisera dans les tous prochains mois. Ce qu'on sait déjà : il sera à taille humaine et fera la part belle aux produits pas forcément nobles.

En juillet 2020, le chef s'est également associé à Mallory Gabsi pour ouvrir une friterie éphémère à Paris dénommée 140° Street. Victime de leur succès (près de 1000 personnes par jour se sont ruées sur place), les deux cuisiniers ont finalement fermé l'établissement au bout de cinq jours… Une expérience "plus loupé que réussi même si on a pu échanger avec les gens".

Une cuisine pleine de panache

"La cuisine me prend 98% de ma journée, même quand je ne travaille pas", explique-t-il sans détour au magazine Elle. Dans son restaurant, Adrien a pu peaufiner son style. S'il apprécie travailler les produits du terroir traditionnellement mis de côté (langue de canard, pieds de canard, pouces-pieds…), le Girondin associe les saveurs avec justesse et créativité. Quelques exemples marquants : le rognon de lapin pané d'épices sur du tapioca, la poitrine de porc confit, chou fleur et jus corsé ou encore le cœur de bœuf mariné, crème aigre, harissa et radis croquant. 

Quelques recettes cultes

Parmi les recettes qui ont marqué les esprits aux yeux des téléspectateurs, il y a ce dessert en trompe-l'œil réalisé en finale. Au milieu de ce plat baptisé " Chocologie " trône un gobelet cassé " en plastique " réalisé en sucre et une glace au champignon assez déconcertante. Cette réalisation unique montre un certain savoir-faire.

Autre recette qui met à l'honneur un produit tripier : le burger à la panse de bœuf. Dans le sandwich, on y trouve notamment du chou, du cerfeuil, de l'estragon, du cheddar et du piment de Cayenne. Un mariage gourmand et original à l'image d'un chef promis à un brillant avenir.   

Cuisiniers