Yves Camdeborde, quand la gloire n'a pas besoin d'étoiles

Yves Camdeborde n'a pas attendu d'obtenir une étoile Michelin pour réinventer la gastronomie française. Son restaurant Le Comptoir affiche complet, et sa médiatisation lui permet de transmettre des recettes savoureuses comme le foie gras au micro-ondes et le bœuf bourguignon.

Yves Camdeborde, quand la gloire n'a pas besoin d'étoiles
© BALTEL/SIPA

A 14 ans, Yves Camdeborde est déjà apprenti en cuisine. Très jeune, il commence sa carrière dans les meilleures maisons parisiennes : le Ritz, la Marée, la Tour d'Argent et l'hôtel Crillon. Cet ancien juré de l'émission Masterchef et créateur du concept de bistronomie propose une cuisine accessible, qui lui ressemble.

La passion en héritage

L'année de la naissance d'Yves Camdeborde à Pau, en Nouvelle Aquitaine, est marquée par la victoire de la section paloise de rugby au championnat de France. "La joie et le bonheur qui m'animent, je les ressentais déjà sûrement dans le ventre maternel". Le 7 décembre 1964, celui qui inventera le concept de bistronomie, voit le jour. Son père tient une ferme et sa mère, une charcuterie. Autant dire que de bons produits sont régulièrement sur la table.

Peu adepte du cursus scolaire classique, Yves Camdeborde abandonne l'école à 14 ans, malgré ses deux ans d'avance, pour commencer un apprentissage dans un petit restaurant de sa ville natale. Son père lui donne un conseil averti : "Quoique tu fasses, plombier, balayeur, électricien ou cuisinier, fais-le avec passion et du mieux que tu peux". L'ascenseur émotionnel se met rapidement en place : arrivé premier au CAP grâce à la préparation d'une omelette, qu'il pratique depuis des années, il est inscrit au concours du meilleur apprenti de France. Aux qualifications régionales, il a un nouveau coup de chance en tombant encore une fois sur des omelettes. En finale, c'est la déception, il sèche sur le carré de veau Choisy. Mais un des responsables de l'épreuve, Guy Legay, le chef du Ritz, le remarque. Le jeune Béarnais se voit proposer un stage dans une des cuisines les plus prestigieuses de la capitale à l'âge de 16 ans.

yves-camdeborde
© IBO/SIPA

Au Ritz, Yves Camdeborde évolue au sein de l'esprit d'équipe et de compétition. Il y rencontre surtout Christian Constant, le second, qui le prend sous son aile. Pendant cinq années, cet amateur de rugby à l'accent provençal se passionne pour le métier de cuisinier : "Je me retrouvais dans une équipe où j'avais de l'importance. Cela a été un déclencheur pour moi. Je me suis mis à travailler 20 heures par jour, 7 jours sur 7". En septembre 1986, un engin explosif explose rue de Rennes en tuant sept personnes et causant de nombreux blessés. Le Ritz licencie alors certains de ses employés pour raisons économiques. Yves Camdeborde en fait partie. "J'ai eu du mal à l'accepter mais cela m'a rendu service", affirme-t-il plus tard.

Pendant trois ans, il travaille à La Marée, dans le 8e arrondissement de Paris, en tant que premier commis. Puis un jour, il est recruté par la Tour d'Argent. Il y prépare des sauces, "mais la désillusion a été totale". La chance lui sourit encore quand, peu de temps après, Christian Constant est nommé au Crillon et l'invite à le rejoindre. Cette "expérience magique", faite de rigueur et discipline, mais aussi de joie et de bonne humeur, va durer quatre ans.

En 1990, Yves Camdeborde saute le pas et se met à son compte en ouvrant une auberge dans le 14e, la Régalade. Pendant douze années, il s'amuse avec son équipe et créé un nouveau concept : allier la gastronomie à l'ambiance de la brasserie. Certains appellent ce mélange la bistronomie. Une étiquette qui ne convient pas au chef, qui estime ne pas proposer une cuisine de bistrot, et ne pas se sentir comme un précurseur : "J'ai juste partagé ce que je savais faire avec des gens qui me ressemblaient".

Quelques années plus tard, en 2003, le chef a envie de se lancer dans de nouvelles aventures. Il vend la Régalade et s'installe avec sa femme Claudine et leurs enfants à Odéon. Il est désormais derrière les fourneaux du restaurant Le Comptoir, au sein de l'hôtel Le Relais Saint-Germain. Les Parisiens adhèrent et l'établissement affiche complet. Le chef multiplie les expériences et publie de nombreux livres. Il décline son restaurant en trois Avant-Comptoir : Terre, Mer et Marché.

Aujourd'hui, Yves Camdeborde est connu du grand public après ses passages à la télévision. Ce n'est pas au sein du jury de Top Chef, mais de Masterchef sur TF1, qu'il a conseillé et noté les candidats en 2010. "L'expérience m'a fait du bien dans ma construction en tant que cuisinier". Il a participé à quatre saisons de l'émission, avant de quitter le plateau. "Physiquement, je n'arrivais plus à tenir le rythme entre mon restaurant et ma vie personnelle", explique-t-il à Télé Star. Il souhaite alors retourner auprès de sa cuisine, ses enfants et sa femme.

Celui qui attend encore son étoile Michelin est choisi par Air France en 2016 pour travailler sur les menus de la classe business. L'année suivante, il reçoit la Légion d'honneur, ainsi que le prix villégiature "Meilleure Atmosphère d'Hôtel en Europe" pour le Relais Saint-Germain. Pour 2018, un nouveau défi l'attend. Les téléspectateurs le redécouvrent aux côtés de l'animatrice Faustine Bollaert pour présenter le magazine de société A table : mangez sain, dépensez moins, sur France 2. "Depuis que je travaille, mon objectif c'est de bien faire à manger pour tout monde", rappelle-t-il. Le but est atteint.

Des adresses à succès déclinables

En plein cœur de Paris, au carrefour de l'Odéon, Le Comptoir propose un déjeuner dans une ambiance de bistrot, et un dîner gastronomique, en réduisant le nombre de couverts. Une belle liberté de choix pour les clients, qui se bousculent à cette adresse. Pour la brasserie, la réservation n'est pas possible. La carte abonde de produits du terroir, ainsi que les suggestions du jour. Pour le restaurant gastronomique, le menu devient unique, à base de produits nobles. Il est possible de réserver, mais il faudra s'y prendre quelques semaines à l'avance.

biographie-yves-camdeborde
© BENAROCH/SIPA

Dans le même quartier, les Avant-Comptoir Terre, Mer et Marché permettent de déguster des tapas tout en buvant un verre. On peut y grignoter des huîtres, du crabe, des Saint-Jacques, du chorizo, des œufs au plat à la truffe, ou du gaspacho, selon les envies des convives. L'originalité du concept a séduit la foule des beaux quartiers du centre de la capitale.

Simplicité et porcelaine

D'après Yves Camdeborde, "il faut savoir apprécier un œuf mayonnaise ou du caviar. L'émotion n'est pas liée à l'argent, elle est liée au palais". C'est le principe même de la bistronomie, le concept dont il est l'auteur malgré lui. Ce mélange de saveurs du terroir et de raffinement de la table offre une ambiance décontractée et conviviale, de la belle vaisselle à base de porcelaine fine, le tout agrémenté de terrines, cornichons, et de pain de campagne.

La cuisine du chef est une réinterprétation des recettes gastronomiques avec des morceaux moins "noble", comme la joue de bœuf, le pied de cochon, l'onglet, ou la sardine. La technique dans la préparation des plats est la même que dans un palace, mais les morceaux moins glorieux permettent de rendre les menus plus abordables pour faire plaisir à tous les gourmets.

Pour Yves Camdeborde, l'essentiel, c'est de faire simple. "Ce n'est pas parce qu'on mélange mille saveurs qu'on fait de la grande cuisine : l'important c'est de trouver deux ou trois goûts qui se marient bien, et de maîtriser la cuisson".

Des recettes accessibles

Les émissions de télévision et les livres d'Yves Camdeborde lui ont permis de démocratiser certaines recettes, et de les rendre accessibles à tous les apprentis cuisiniers. Parmi ses plats les plus célèbres, le bœuf bourguignon qu'il a fait goûter à des candidats pour qu'ils devinent un maximum d'ingrédients, ou encore, le foie gras au micro-ondes à préparer en 10 minutes chrono.

Mais le Béarnais propose également quelques plats signature au sein de ses restaurants. On pourra donc déguster un moelleux de cabillaud et saumon fumé, rondeur de pomme et céleri, crumble parmesan, tournesol et piments d'Espelette, un confit de jarret de veau cuisiné aux citrons confits, ou encore un poulet tajine au curcuma, fine semoule relevée, kumquat et sarrasin. Le plus dur reste de choisir.