Pourquoi la coriandre est-elle si détestée ?

Si une plante aromatique divise c'est bien la coriandre. Alors que beaucoup en raffolent, nombreux sont ceux qui la bannissent de tous leurs plats, dégoûtés par son goût et son odeur. Comment une herbe peut générer un aussi grand débat ? Réponse.

Pourquoi la coriandre est-elle si détestée ?
© 123RF - Inacio Pires

Que vous optiez pour un curry indien, des tacos mexicains ou de simples carottes râpées... Elle est partout. Herbe aromatique star, la coriandre parfume marinades, légumes et pâtisseries à travers le monde. Au même titre que le persil, le basilic ou la menthe, elle a fait sa place dans nos cuisines et les embaume de ses parfums. Si une herbe est pourtant source de débat culinaire, c'est bien la coriandre.

Odeur corporelle, de savon, de saleté, voire même de moisissure : les détracteurs de la coriandre ne manquent pas de comparaisons pour illustrer leur aversion pour la plante, tant olfactive que gustative. Difficile à éviter, la coriandre est loin de faire le bonheur de tous les palais. Au restaurant, nombreux sont ceux qui trient ainsi systématiquement les feuilles de coriandre, une à une. Selon une étude parue en 2012 dans la revue Flavour, 21% des habitants d'Asie du Nord, 17% des Européens et 14% des Africains n'apprécieraient pas la coriandre. A l'inverse, plus de 93% des habitants de l'Asie du Sud l'adorent. Adulée par les uns, elle est surtout détestée par les autres…

Pourquoi certains trouvent que la coriandre a mauvais goût ?

Mais comment une plante peut-elle susciter tant de dégoût ? Il existe deux hypothèses en la matière. Jay Gottfried, chercheur en neurosciences à l'université Northwestern de Chicago, a sa petite idée sur la question. Selon lui, le dégoût inspiré par la coriandre est principalement lié à son odeur, que beaucoup associent au savon. D'après sa théorie, notre cerveau classe automatiquement les odeurs par catégories, en fonction de ce qu'il connaît. De par sa senteur similaire au savon, il considère la coriandre comme un potentiel produit d'entretien... et rejette cet aliment, qu'il juge non-comestible.

Pour les scientifiques, si certains adorent la coriandre alors que d'autres la détestent, c'est d'abord une histoire de gènes. Les personnes qui ont cette plante en horreur ont un gène commun, dénommé OR6A2. Très sensible, il est impliqué dans la détection de l'odeur d'aldéhyde. Késako ? L'aldéhyde est un composant chimique que l'on trouve dans les zestes d'agrumes, la coriandre… mais aussi dans le savon. C'est pourquoi certaines personnes assimilent ces deux derniers. Élémentaire, mon cher Watson...

Cause olfactive ou génétique ? Une chose est sûre, même si nombre de personnes détestent la coriandre, elles ne sont pas pour autant intolérantes à cette dernière. Le docteur Philippe Pouillart, immuno-pharmacologue spécialisé en pratique culinaire et santé à l'Institut polytechnique UniLaSalle de Beauvais, précisait ainsi au Madame Figaro : "On ne peut pas être intolérant à la coriandre, puisque la source n'est pas immunitaire, on déteste juste le goût ".

Par quoi remplacer la coriandre ?

Tajines, omelettes, sandwichs, salades, bò bún… Pas facile d'esquiver cette herbe au goût prononcé. Une épreuve pour les personnes qui l'ont en horreur… Dommage, car cette herbe aromatique est un atout santé. Antioxydante, riche en vitamine K, elle permet d'assurer une bonne coagulation sanguine et facilite la digestion. Si vous ne l'appréciez pas, optez pour le persil frais, également une bonne source en vitamine K et en fer. Pour faire le plein de saveurs et de bienfaits, vous pouvez aussi troquer la coriandre pour du cerfeuil, du cumin ou encore de l'estragon. Selon vos goûts ! Mais il existe aussi une autre solution, plus radicale. Selon Jay Gottfried, il est possible de se défaire de son dégoût pour un aliment en s'exposant plusieurs fois à la saveur que l'on n'aime pas. Le but ? Modifier la catégorie dans laquelle le cerveau la range. On essaye ?