Joël Robuchon est mort à l'âge de 73 ans

La gastronomie mondiale est en deuil. Joël Robuchon s'est éteint ce lundi 6 août 2018, à l'âge de 73 ans.

[Mise à jour le mercredi 8 août 2018 à 10h03] Il brillait sur le monde de la gastronomie. Joël Robuchon, le chef aux 32 étoiles, s'est éteint ce lundi matin à l'âge de 73 ans des suites d'un cancer. Selon le Figaro, il se faisait opérer il y a un an d'une tumeur au pancréas qui l'avait affaibli et l'avait décidé à se mettre un peu en retrait de la vie médiatique.

Chef aux 32 étoiles

Né à Poitiers le 7 avril 1945, Joël Robuchon se destine à l'origine à une carrière dans le clergé. Ce n'est qu'à l'adolescence, alors qu'il est au Petit Séminaire de Mauléon, qu'il se découvre une passion pour la gastronomie en aidant les religieuses de l'établissement. Le changement est radical : Joël Robuchon commence un apprentissage de cuisinier-pâtissier au Relais de Poitiers à Chasseneuil-du-Poitou, auprès de Robert Auton, avant de devenir Compagnons du Devoir, et de faire ses armes dans de nombreux restaurants français, s'imprégnant ainsi de la Nouvelle Cuisine. En 1974, il devient chef du Concorde Lafayette à Paris. Deux ans plus tard, il décrochera le col bleu-blanc-rouge des Meilleurs Ouvriers de France avant de devenir chef de l'Hôtel Nikko. C'est ici qu'il décrochera ses deux premières étoiles au Guide Michelin. Sacré meilleur cuisinier du siècle par le Gault & Millau en 1990, il enchaîne ouvertures de restaurants à travers le monde, sorties de livres de cuisine et émissions de télévision. Avec plus de 30 étoiles au compteur, il bat tous les records et devient le chef le plus étoilé au monde. Après Paul Bocuse en janvier dernier, la gastronomie française et mondiale perd de nouveau, l'une de ses références.

La gastronomie mondiale en deuil

Sur les réseaux sociaux, chefs et critiques pleurent le chef. Anne-Sophie Pic déplore la disparition "d'un autre père fondateur de la gastronomie française", tandis que Yannick Alléno se déclare aujourd'hui "orphelin". Guillaume Gomez garde quant à lui le "souvenir d'un homme généreux" dont les "rencontres, échanges, discussions, moments de rigolades vont lui manquer". Jean-François Piège a déclaré ne pas avoir de "mot assez fort pour exprimer son immense tristesse", tout comme Frédéric Anton qui rappelle néanmoins "la joie et quelle richesse professionnelle d'avoir eu la chance de pouvoir être aux côtés de Joël Robuchon pendant toutes ces années au restaurant Jamin", alors que Marc Veyrat a salué sur CNews la mémoire du "cuisinier du siècle". Sur France Info, Jean Sulpice a confié qu'"à chaque fois qu'il fait une purée de pommes de terre, il ne peut pas s'empêcher de penser à lui parce qu'il a su nous montrer que la cuisine, c'était simple mais très bon"... Une cuisine simple que nous vous faisons (re)découvrir ci-dessous :