Gendarme, humoriste ou judoka

Glenn Viel n'était pas forcément destiné à devenir un grand chef cuisinier. Plus jeune, le Breton rêvait d'être humoriste, "au grand désespoir de [ses] parents", ou bien gendarme comme son père. "J'ai renoncé à l'être car il y avait une dictée au concours", raconte le chef, évoquant sa dyslexie. Plus jeune, Glenn Viel se rêvait aussi judoka professionnel. "J'ai commencé le judo à 5 ans et je gagnais tout ! Mais en faire un métier était un rêve de gamin. Il y en a très peu qui en vivent !"