Jean Imbert, le top des chefs

A seulement 37 ans, le chef Jean Imbert a su imposer son style : le grand public se régale de ses apparitions télévisées et de ses recettes gourmandes proposées dans son restaurant L'Acajou mais aussi les stars du monde entier qui s'arrachent sa toque pour qu'il vienne cuisiner dans leurs cuisines privées… De New York à Paris, sur Instagram et dans la vraie vie, Jean Imbert est devenu en un claquement de doigt le chef à qui tout - ou presque - sourit.

Jean Imbert, le top des chefs
© Stephen Lovekin/Variety/REX/Shutterstock/SIPA

Avec une formation obtenue au prestigieux Institut Paul Bocuse à Lyon et un parcours sans faute dans les cuisines des grands chefs français, Jean Imbert impressionne par sa volonté de conquérir les cœurs mais aussi les papilles du plus grand nombre. A 22 ans seulement, il ouvre son premier restaurant et se fait par la suite vainqueur de l'émission à succès Top Chef sur M6. Fidèle aux valeurs de convivialité chères à sa famille, le jeune toqué séduit les petits et les grands mais aussi les stars du monde entier qui se précipitent en nombre dans son restaurant du 16e arrondissement parisien, L'Acajou.

Un parcours exemplaire de jeune premier

Le 18 juillet 1981, Jean Imbert pointe le bout de son nez dans la ville du Val-de-Marne, L'Haÿ-les Roses. Son père et sa mère possèdent une usine de reliure et d'imprimerie et Jean grandit sereinement autour de ses deux petits frères. Nourris avec des produits sains et sans fast-food, les garçons se régalent aussi lors des réunions familiales qui se déroulent chez leur grand-mère, dans les Côtes-d'Armor. "J'aimais que tout le monde se retrouve. J'assimilais ces moments au partage" rappelle avec émotion Jean Imbert. Féru de littérature culinaire depuis l'âge de 12 ans, le jeune garçon décide alors d'en faire son métier. Alors qu'il est encore scolarisé en section scientifique au lycée, il décide de faire un stage au sein du restaurant de Jean-Pierre Crouzil à Plancoët en Bretagne. A l'issue de ces quelques mois d'apprentissage, Jean Imbert est déterminé : il sera cuisinier !

Son baccalauréat en poche, le jeune homme décide de suivre une formation de cuisinier à l'Institut Bocuse de Lyon. Ses premiers jours sont difficiles et il (ré)apprend les bases en épluchant plusieurs semaines durant, des montagnes de carottes et de pommes de terre. Par la suite, il est embauché dans le restaurant doublement étoilé Au rue de Balzac de Michel Rostang puis dans le restaurant trois étoiles Au Buerhiesel d'Antoine Westerman. L'obtention de son diplôme en 2011 le mène dans les cuisines prestigieuses des chefs reconnus comme Eric Briffard et Marc Meneau. Ces expériences dans la haute gastronomie lui donnent naturellement envie d'ouvrir son propre restaurant.

Âgé de 22 ans seulement, il cherche sa petite pépite dans les rues de Paris… Ce sera finalement un espace en dépôt de bilan situé au 35 bis rue Jean de La Fontaine dans le luxueux 16e arrondissement de Paris. Son père se porte immédiatement garant et sa mère décide de lui donner un coup de main en salle le week-end. Quelques temps après l'ouverture de son premier restaurant baptisé L'Acajou, le chroniqueur gastronomique Jean-Luc Petitrenaud se rend à sa table. Une découverte qui fera l'objet d'une chronique diffusée sur Europe 1, dans laquelle le critique ne tarit pas d'éloge sur ce jeune chef… "C'est remarquablement frais, remarquablement envoyé. Jean Imbert balance de la fantaisie. Il y a beaucoup de jeunesse, beaucoup d'intelligence et puis il faut dire qu'il a la main : dès qu'il touche un produit c'est réussi". Dès lors, le carnet de réservation de l'établissement se remplit à vitesse grand V et les clients sont conquis. En 2009, il obtient le Label Bocuse & Co qui récompense l'esprit d'entreprise de jeunes chefs propriétaires de leur établissement et diplômés du programme Arts culinaire & management de la restauration de l'Institut Paul Bocuse.

Cool Chef, Top Chef, Pékin Express : parcours d'un chef médiatique

jean-imbert
© JEROME MARS/JDD/SIPA

Sur le plan médiatique, c'est en 2008 que Jean Imbert apparaît pour la première fois à la télévision dans le programme Cool Chef, diffusé par la chaîne TNT NRJ12. Cette série-réalité a permis au jeune chef de faire voir son minois de jeune premier mais aussi de faire parler de ses recettes… Si l'émission n'a pas rencontré de franc succès, Jean Imbert est pour sa part parvenu à imposer son style. En 2012, la chaîne M6 le contacte pour participer à la troisième saison de l'émission culinaire à succès Top Chef. Au moment des sélections, Jean Imbert ne cache pas son ambition et cette attitude de winner le démarque d'emblée : "Sur une vidéo que détient M6, quand on était 2000 et j'ai dit "J'aimerais gagner l'émission". C'est honnête… A partir du moment où c'est un concours, j'ai envie de gagner et je ne m'en cache pas". Sa volonté (et son talent) paie : il finit par remporter le challenge de Top Chef et empoche pas moins de 100 000 euros ! Grâce à ce confortable cachet, Jean Imbert fait des travaux dans son restaurant L'Acajou et commence à se faire connaître (et reconnaître) du grand public.

M6 souhaite logiquement poursuivre la collaboration avec ce trentenaire ambitieux : la chaîne lui propose de prendre les commandes de l'émission Norbert et Jean, le défi, avec son acolyte - et ancien concurrent ! - de l'émission Top Chef, Norbert Tarayre. Dans chaque épisode, les deux compères relèvent des défis que des téléspectateurs leur lancent, comme par exemple cuisiner un repas digne d'un restaurant trois étoiles… L'année suivante, le chef participe à Pékin Express et revient dans Top Chef, le choc des champions qui oppose les deux derniers gagnants de l'émission. Enfin, en 2013, il anime une chronique dans l'émission 100 % mag' aux côté de l'ancienne Miss France Alexandra Rosenfeld, avec qui il est resté quelque temps en couple.

Des projets de restaurants ambitieux pour un chef qui ne l'est pas moins !

Fin 2015, le chef prolifique ouvre plusieurs boutiques parisiennes dans lesquelles il propose des petits pains briochés garnis (en collaboration avec le célèbre boulanger Eric Kayser). Le concept, baptisé Les bols de Jean est un véritable succès !

Sur sa lancée, Jean Imbert accepte la proposition des hôtels Disneyland Paris de réinterpréter à sa sauce les plats les plus iconiques des dessins animés. Le menu, nommé Petit Jean est servi pendant deux mois dans le restaurant du Disneyland Hôtel… Les spaghetti de la Belle et le Clochard sont réinterprétées avec des boulettes de veau et de blonde d'Aquitaine, la Ratatouille de Rémy avec des légumes bio de pleine terre, ou encore la pomme (d'amour) empoisonnée de Blanche Neige. Ses derniers projets en date ? L'ouverture d'un restaurant dans le très sélect club Blanche, à Paris et celle de son premier restaurant new-yorkais

Une cuisine générationnelle

Jean Imbert se démarque par des plats qui s'adressent aux gens de sa génération, à savoir : accessibles, généreux et surtout, audacieux. C'est notamment la raison pour laquelle sa cuisine est tant plébiscitée par les stars : Beyoncé et son mari Jay Z, Robert de Niro, Marion Cotillard, Leila Bekhti, Justin Timberlake et bien d'autres encore, se précipitent dans son restaurant parisien pour découvrir sa cuisine. La plupart l'embauche également dans leur cuisine privée à l'occasion d'événements so VIP.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par jeanimbert (@jeanimbert) le

Des recettes raffinées à la carte…

Jean Imbert s'engage dans le bien-manger et ses recettes en sont le reflet ! En effet, il travaille des produits de saison et les rend immédiatement "sexy" en deux temps, trois mouvements. Il travaille par exemple les légumes, comme la carotte de 4 ou 5 manières différentes et apporte une touche d'originalité aux produits du quotidien. Pour Carrefour Market, il propose notamment des recettes en 15 minutes chrono avec des produits de saison. Parmi ses plats qui donnent l'eau à la bouche ? Les petits pois à la carbonara, ses ravioles de chèvre à l'eau de tomate ou encore les (délicieux) pancakes aus pêches… Un régal !