Curé nantais : où en acheter, pané, en brick, croustillants

Le Curé nantais est un des rares fromages de Loire-Atlantique, plus connue pour son beurre que pour ses fromages. Mais avec sa croûte orangée, sa saveur forte, voire épicée, il est incontournable dans sa région. Faites connaissance avec un curé qui ne manque pas de saveur.

Curé nantais : où en acheter, pané, en brick, croustillants
© Facebook La Fromagée Jean-Yves Bordier Pornic - site Le Curé Nantais

Produit à partir de lait cru de vache, le Curé nantais est un fromage fort en goût. Fabriqué à Pornic depuis 40 ans, il est devenu une institution qui s'exporte jusqu'au Japon ! A quoi ressemble le Curé Nantais ? Comment le déguster ? Découvrez ce fromage méconnu.

Histoire et caractéristiques du Curé nantais

Le Curé nantais est la marque commerciale d'un fromage fabriqué industriellement à Pornic, mais à petite échelle, avec du lait cru entier de vache issu de producteurs locaux.

Malgré son nom, ses origines sont laïques. Sa recette aurait été transmise en 1880 par un curé savoyard à Pierre Hivert, un agriculteur de Saint-Julien-de-Concelles, un village des bords de Loire. Hivert l'avait nommé initialement "Régal des Gourmets", mais quelques années plus tard, en hommage à l'ecclésiastique, il fut rebaptisé "Curé nantais". La famille Hivert a perpétué la tradition de père en fille pendant quatre générations, jusqu'au rachat de la marque par Georges Parola, commerçant crémier de Pornic, en 1980. Il est aujourd'hui la propriété du groupe Triballat Noyal (Sojasun, Vrai, Petit Billy…). Très prisé des restaurateurs et crémeries haut de gamme, ce fromage à pâte molle a vu sa production plus que doubler depuis dix ans. Mais sa croissance a été subitement ralentie avec la crise sanitaire.

A quoi ressemble le Curé nantais ? "D'aspect il ressemble à un fromage fort comme le Maroilles. Mais au goût il se rapproche davantage du Reblochon. Il est généralement apprécié des enfants", estime Pierre Gairot, responsable de la fromagerie de Pornic. Sa pâte très tendre, légèrement élastique et percée de trous, est protégée par une croûte orange vif, lavée régulièrement pendant l'affinage. C'est lors de cette étape qu'il acquiert sa couleur. Sa forme d'origine est carrée avec des bords arrondis, mais il se décline aussi en petit fromage rond ou en gros fromage disponible à la coupe. Si sa recette d'origine est  affinée au muscadet, il en existe plusieurs déclinaisons : aromatisé aux algues, aux herbes et piment, fumé aux copeaux de hêtre…

Les calories et les infos nutritionnelles du Curé nantais

Avec plus de 300 kilocalories pour 100 g, le Curé nantais est un fromage plutôt gras, riche en sel et en acides gras saturés, réputés pour augmenter le taux de "mauvais" cholestérol sanguin. Mais lorsqu'il est consommé de manière raisonnable et intégré dans une alimentation variée et équilibrée, ce fromage assure des apports essentiels à l'organisme.

Valeur nutritionnelle du Curé nantais pour 100 g  
Protides 20,70 g
Glucides 0 g
Lipides 25,5 g
Calories 312 kcal

Comment choisir le Curé nantais ?

Le Curé nantais se trouve dans les crémeries haut-de-gamme et en grande distribution en Loire-Atlantique. Choisissez-le avec une belle croûte lisse, une texture moelleuse, en le palpant comme vous choisiriez un Pont-l'Evêque.

Comment conserver le Curé nantais ?

Le Curé Nantais se conserve un mois dans le bas du réfrigérateur, dans son emballage d'origine, à l'abri de la lumière.

Comment cuisiner et déguster le Curé nantais ?

Le Curé Nantais a toute sa place sur un plateau de fromages, parmi ses cousins de nos régions de France. Pour profiter pleinement de sa saveur, sortez-le du réfrigérateur une heure avant de le déguster.

Avec sa saveur marquée et fruitée, ce fromage peut aussi facilement être utilisé comme ingrédient dans des préparations culinaires chaudes ou froides, comme le gratin de courgettes, les tartes salées, sous forme de bricks… Il est également très prisé des restaurateurs de la région nantaise qui l'aiment pour ses qualités d'adaptation en cuisine et le proposent  en plat chaud, en burger, en Cromesquis  (sorte de croquette panée), avec une pomme de terre et du lard, dans une cocotte de moules… Comme il s'agit d'un fromage au lait cru (qui ne subit donc aucun traitement thermique), il est préférable de l'éviter pendant la grossesse, pour écarter tout risque de listeria, par principe de précaution.