Georges Blanc, pilote de son succès

Aussi doué en cuisine que dans les affaires, Georges Blanc a transformé l'auberge familiale de Vonnas en un village de luxe, proposant un spa et des restaurants aux recettes étonnantes. Quels sont les secrets de ce surdoué de la gastronomie française ?

Georges Blanc, pilote de son succès
© Antoine Maillon

Actuellement à la tête d'une des affaires les plus réussies de l'hôtellerie-restauration en France, Georges Blanc est avant tout un cuisinier hors pair. Il s'évertue à protéger et sublimer son terroir d'enfance, tout en laissant parler son talent pour la création culinaire.

La construction d'un empire bucolique

"Sans passion, point d'élévation", déclare celui qui a su concilier la réussite financière et le métier de chef cuisinier. En effet, la passion a sans aucun doute rythmé la vie de Georges Blanc. Issu d'une famille de cuisinières de talents, il voit le jour le 2 janvier 1943 à Bourg en Bresse, dans l'Ain. Sa grand-mère, Elisa Blanc, alors surnommée La mère Blanc, est élue meilleure cuisinière du monde en 1933 par Curnonsky, gastronome et critique culinaire de l'époque. "Elle avait l'instinct de la cuisine vraie et peu de plats à son actif", raconte son petit-fils.

La mère de Georges Blanc, Paulette, hérite de la passion et des secrets de cuisine, et continue de faire vivre l'Auberge de Vonnas. Son fils, Georges, rêve pour sa part de piloter des avions, mais finit par suivre les cours de l'Ecole Hôtelière de Thonon-les-Bains. Il fait son stage d'école comme steward chez Air France, et travaille sur les porte-avions pendant son service militaire, réalisant ainsi son rêve d'enfant. En 1965, il revient à l'auberge familiale à Vonnas dont il reprend le flambeau trois ans plus tard, à l'âge de 25 ans.

biographie-georges-blanc
© Groupe Georges Blanc

Architecte avant-gardiste, il travaille d'arrache-pied pour transformer l'auberge. Sa cuisine évolue et de nouveaux plats apparaissent au menu, comme des poissons et des crustacés bretons, ainsi que des desserts inspirés des recettes du pâtissier Lenôtre. Il entreprend de sublimer les produits du terroir bressan, notamment la poularde de Bresse à pattes bleues. En 1981, son travail est récompensé de trois étoiles au Guide Michelin. Quatre ans plus tard, il obtient la note de 19,5 sur 20 dans le guide Gault & Millau, un exploit !

Petit à petit, Georges Blanc achète une trentaine de maisons à Vonnas, et construit un véritable village dans la ville, qu'il baptise Village Gourmand. En près de 50 ans, il créé un empire bucolique, en mettant un point d'honneur à faire revivre les métiers disparus et à œuvrer pour la protection de l'environnement. Mais son travail ne s'arrête pas là. Georges Blanc est un grand amateur de vins. "Ici, le rêve commence par l'assiette, la joie des papilles, les émotions gourmandes et la cave de 140 000 bouteilles", explique-t-il. Après être arrivé sur le podium au concours des meilleurs sommeliers de France de 1985, il plante un vignoble de 17 hectares. Depuis, il produit des blancs comme le Fleur d'Azenay, une boisson qui accompagne parfaitement sa volaille, une AOC régionale protégée. A force de travail et de réussites, le chef est décoré commandeur de la Légion d'honneur, de l'ordre national du Mérite ainsi que dans l'ordre des Arts et des Lettres et du Mérite Agricole.

Le quotidien de ce passionné est bien rempli. "Ma journée commence à 7 heures et se termine à 23 heures avec une pause d'une ou deux heures le midi pour faire une petite sieste", dit-il. Comme soutien, il peut compter sur son ex-femme, Jacqueline, ses trois enfants, et son épouse actuelle, Sally. "Je ne suis pas un fêtard, ni un frimeur, j'essaie d'être sérieux dans ma vie professionnelle car c'est le meilleur moyen de s'épanouir ", affirme-t-il.

En plus de ses activités variées, il trouve le temps de faire quelques passages sur le petit écran. Il participe ainsi à l'émission spéciale Un dîner vraiment parfait sur M6 en tant que juré. Son candidat, Grégory Cuilleron, remporte d'ailleurs la victoire. Il coache ensuite les candidats de Top Chef, en 2017, lors d'une épreuve sur la volaille de Bresse. Après avoir franchi le cap des 70 ans, il souhaite transmettre un message à la nouvelle génération : l'importance de la démocratisation de la cuisine.

Le cuisinier bâtisseur

village-georges-blanc
© Groupe Georges Blanc

Pour Georges Blanc, le plaisir et la passion ne résident pas seulement dans le fait de proposer de la bonne cuisine, mais aussi de pratiquer l'art du recevoir et la convivialité. Ainsi, le restaurateur triplement étoilé gère une entreprise de plus de 300 personnes, avec un chiffre d'affaire estimé à 30 millions d'euros environ.

Dès ses débuts, en bon homme d'affaires qu'il est, il augmente les chances d'attirer ses clients en proposant dans son Village Gourmand un hôtel, un restaurant, une auberge, une librairie, des boutiques, un spa immense, une épicerie-boulangerie, un musée, un cinéma, des piscines, un héliport et des parcs. Pour rendre ce centre gastronomique plus facile d'accès, il va même jusqu'à demander un accès à l'autoroute. Son ambition permanente d'élargir ses activités lui vaut un Relais & Châteaux Spa, ainsi que la création de différents établissements à Lyon, Bourg-en-Bresse et Mâcon.

Le Village Gourmand de Georges Blanc s'étend sur plus de cinq hectares. Il faut dire que depuis l'arrivée de ses arrière-grands-parents en 1872 comme cafetiers limonadiers, Vonnas a bien changé !

Le produit plus fort que la technique

poulet-de-bresse-georges-blanc
© Frédéric Desmurs

L'occupation principale de Georges Blanc reste la cuisine et la conception de nouveaux plats. Sauces légères, cuissons courtes, saveurs sublimées… Le chef s'inspire de la tradition pour proposer une cuisine raffinée et généreuse. Tel les ballets de l'Opéra, le résultat semble simple, mais cache une technique complexe, et surtout, beaucoup de travail.

Pour lui, le secret d'un dîner réussi passe autant par la qualité de la cuisine que celle du service. "Le rêve commence dans l'assiette mais ne s'arrête pas à ça", assure-t-il. D'où l'intérêt d'offrir une expérience complète à ses clients. "Je vais voir mes hôtes en fin de service parce que j'aime ce contact, les échanges, toujours très riches. C'est indispensable pour un chef d'avoir un retour d'expérience".

L'objectif de ce chef rigoureux ? Faire une cuisine qui régale et qui étonne. Gibier, Saint-Jacques, cèpes et truffes sont mis en valeur en fonction des saisons, composant ainsi le menu "Saveurs du Moment". Le chef en est certain, le palais des clients a évolué. En cause ? Les émissions culinaires, les réseaux sociaux et les multiples outils disponibles à tous ceux qui souhaitent se construire une culture culinaire. Cette évolution des pratiques, bien loin d'effrayer Georges Blanc, semble au contraire le stimuler : "Je ne vois pas la digitalisation comme une évolution négative. Bien au contraire". 

Une cuisine entre traditions et modernité

Les créations du chef triplement étoilé sont le fruit du mariage entre les saveurs de Bresse et la cuisine moderne. Son plat le plus célèbre reste la poularde de Bresse avec sa sauce champagne-foie gras et ses crêpes vonnassiennes. Mais il propose également le traditionnel poulet de Bresse à la crème et aux morilles et revisite les cuisses de grenouilles au beurre noisette et persillade, en hommage à sa mère, des plats signature servis à l'Ancienne Auberge.

Les poissons d'étang de la région, comme les brochets, sont mis à l'honneur. Sa carte de vins est agrémentée des conseils du Meilleur Sommelier de France, Fabrice Sommier, expert en Bourgogne blancs et rouges. Et enfin, le chocolat amer "Grand Cru São Tomé" et un Gianduja marbré aux Fruits du Mendiant met l'eau à la bouche des gourmets qui apprécient une note sucrée en fin de repas.