Liste de sites et applications anti-gaspi à connaître

Combattre efficacement le gaspillage alimentaire : votre résolution de l'année ? On vous distille la crème de la crème des applications anti-gaspi, pour remédier au fléau des temps modernes.

Liste de sites et applications anti-gaspi à connaître
© Dmitry Dikushin - 123RF

Selon les chiffres de l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie), le gaspillage alimentaire sur la zone hexagonale correspond à trente kilogrammes par an et par habitant. Un constat qui fait froid dans le dos mais qu'il est possible de palier grâce à des gestes simples au quotidien. Dons de denrées, récupération d'invendus ou gestion du frigo 2.0 : les têtes pensantes de la tech ont tout passé au crible, en livrant des applications aux petits oignons. On fait le point.

Ne pas gaspiller en … cuisinant zéro déchet

► Popotte Duck

Les instigateurs de Popotte Duck, autrement dit le canard " cooking assistant " ? Alexia Desporte Richard et Romain Amate, deux compères à la vision résolument avant-gardiste. Dans l'optique de faciliter le quotidien tout en contribuant au zéro déchet, Popotte Duck aide à planifier des repas sur-mesure en tenant compte de l'équilibre alimentaire, obtenir des listes de courses personnalisées et mitonner à l'instant-t de bons petits plats en fonction des aliments restant à disposition.

► KitchenPal

Grâce à KitchenPal, terminé le casse-tête chinois pour choisir le repas. La recette du succès ? On gaspille moins, on économise davantage et on cuisine sainement ! L'application, après avoir fait son rapide tour dans les placards et checké les dates d'expiration, recommande des idées de recettes simples et originales changeant des sempiternelles pâtes au beurre. Au final, on limite ses déplacements en grandes surfaces et on mange équilibré quotidiennement

La cerise sur le gâteau ? La possibilité de concevoir des listes de courses associant les basiques de la cuisine aux ingrédients spécifiques des préparations planifiées.

Ne pas gaspiller en … achetant à prix cassé

► Mummyz

Le concept de la plateforme Mummyz ? Favoriser l'entraide, le partage des cultures culinaires et le lien social entre des particuliers ou entre des consommateurs et des professionnels du secteur alimentaire.

Concrètement, on donne à la nourriture un regain de jeunesse en suivant les étapes : on opte pour le rab " qui nous fait vibrer, on le commande avec une contribution allant de un à six euros et on le récupère en dégainant le mot de passe secret ! Bon à savoir : solidarité et partage oblige, la commande ne doit pas excéder les six parts.

Phenix

Pionnier dans l'antre de l'anti-gaspi, Phenix sauve chaque jour plus de 120 000 repas.  Sous la houlette de Jean Moreau, l'application s'efforce de construire continuellement un réseau de partenaires aujourd'hui constitué de 1 500 associations et de 5 000 enseignes.

Avec la plateforme, on consomme responsable en choisissant parmi une sélection de paniers thématiques à prix minis et réalisés chaque jour par les commerces de bouche et les restaurateurs. La bonne nouvelle ? Du bio en passant par le végétarien ou le sans gluten, il y en a pour tous les goûts. Il ne reste plus qu'à télécharger l'application pour vérifier où se trouvent les commerçants partenaires du coin, payer en toute sécurité et se rendre à l'enseigne en question au créneau mentionné.

Last but not least : d'autres solutions viennent compléter la vente avec les dons aux associations et le don des restes vers l'alimentation animale.

Ne pas gaspiller en … échangeant ou en donnant aux personnes les plus fragilisées

► HopHopFood

Dans une démarche citoyenne et solidaire, HopHopFood met en lien des consom'acteurs désireux de faire des dons alimentaires. La logique va à double sens : on peut insérer sur l'application les produits alimentaires, d'hygiène et d'entretien à donner mais aussi collecter des éléments figurant sur la plateforme.

Loin de s'arrêter là, HopHopFood a récemment concrétisé le projet des " garde-mangers solidaires " implantés au sein des associations partenaires. Le but ? Permettre aux citoyens non friands de technologies de réaliser