Banane plantain

Emblématique de la cuisine africaine ou créole, la banane plantain ne se consomme que cuite, et plutôt en accompagnement. Suivez nos conseils pour bien la choisir, la conserver et la cuisiner.

Banane plantain
© cokemomo/123RF

Savoureuse, délicatement sucrée et bien parfumée, cette cousine de la "banane dessert" met du soleil et de la couleur dans les assiettes. Laissez-vous tenter par ce fruit venu des tropiques !

Histoire et caractéristiques de la banane plantain

Il y a quelques milliers d'années, en Asie, la banane symbolisait le fruit du Paradis, les Hindous affirmant qu'Adam et Eve se seraient servis de feuilles de bananiers pour se vêtir quand ils furent chassés du Paradis ! Longtemps ignorée, elle fut finalement cultivée par les Chinois, puis au gré des expéditions maritimes, migra vers les Antilles, l'Afrique et l'Amérique du sud.

Aujourd'hui, la banane plantain est cultivée dans toutes les zones tropicales, et principalement en Afrique, en Amérique du sud et dans les Caraïbes, ainsi que dans une partie de l'Australie.

Plus imposante que la banane "fruit", elle est également reconnaissable à sa peau épaisse allant du vert au marron foncé et à sa chair farineuse, ferme et légèrement rosée. Aliment de base en Afrique, Amérique latine et Asie, elle est dénommée simplement " plantin ", éliminant toute confusion avec la banane douce. La plantin est d'ailleurs majoritairement utilisée comme légume et ne peut se manger crue.

On la trouve facilement au rayon fruits et légumes exotiques des supermarchés, chez les primeurs et dans les épiceries exotiques.

A quelle saison manger la banane plantain ?

Cultivée toute l'année, la banane plantain est disponible en toute saison.

Les calories et les infos nutritionnelles de la banane plantain

Avec en moyenne 120 kcal aux 100g, la banane plantain est un produit relativement énergétique. Elle contient une majorité de glucides complexes, libérés progressivement dans l'organisme, et qui évitent donc les pics de glycémie, d'autant qu'elle est riche en fibres (ce qui ralentit l'absorption des sucres).

Elle apporte également de belles quantités de vitamines C, aux fort pouvoirs anti-oxydants, ainsi que de la vitamine B9, essentielle notamment chez la femme enceinte pour le développement du fœtus. Autre atout, la banane plantain apporte des minéraux, dont du potassium, qui régule la pression sanguine et contribue à une fonction musculaire normale.

Valeur nutritionnelle de la banane plantain pour 100 g  
Protides 1,28g
Glucides 29,6 g
Lipides 0,3 g
Calories 120 kcal

Comment choisir la banane plantain ?

Lorsqu'elles sont encore vertes, les bananes plantain sont trop fermes et indigestes.  Pour une consommation immédiate, optez pour des bananes à la peau presque noire, signe qu'elles sont bien mûres, plus sucrées, et avec une chair souple.

Comment conserver la banane plantain ?

La banane plantain se conserve une dizaine de jours à température ambiante. Evitez de la mettre au réfrigérateur.

Comment cuisiner et déguster la banane plantain ?

Contrairement à la banane "fruit", elle se mange toujours cuite, et le plus souvent en version salée, à la manière d'un légume ou d'un féculent. Sa saveur rappelle un peu celle de la patate douce.

Elle se prête à de multiples cuissons : vous pourrez par exemple la cuire à l'eau avant de la réduire en purée, pour accompagner un curry. Une fois pochée, elle peut également être poêlée au beurre ou recouverte d'une sauce béchamel et préparée en gratin.

En Afrique et en Amérique du sud, on la sert souvent frite, pour accompagner viandes et poissons grillés. En Afrique subsaharienne, on la prépare traditionnellement façon "alloco" : coupée en rondelles, la banane est frite ou revenue dans de l'huile ou du beurre puis salée.

On pourra aussi la cuire entière au four pendant une bonne trentaine de minutes. Autre alternative, coupez-la en rondelles, et disposez-les sur une plaque à pâtisserie puis enfournez pour une quinzaine de minutes, avant de grignoter à l'apéritif. La banane plantain se plait même au dessert, en beignet. Une fois sa chair (bien mûre) écrasée avec farine, lait, sucre et épices, on forme des petites boules de pâte que l'on jette dans de l'huile bien chaude. Délicieux avec un voile de sucre roux !