Kasha

Le kasha, késako ? Encore peu connu dans la sphère culinaire, le kasha aussi appelé sarrasin grillé ou " blé noir ", deviendra bientôt la coqueluche des amateurs de sans gluten et des estomacs en mal de trouvailles gustatives.

Kasha
© qwartm - 123RF

Le régime sans gluten : phénomène en vogue ou obstacle au quotidien ? Quoi qu'il en soit, depuis quelques années, les légumineuses alternatives au blé sont sous les feux de la rampe. Haricots, lentilles et pois ont toutefois de la concurrence à se faire… Et oui, le kasha, petit par la taille mais distillant une puissance aromatique singulière, risque de vite ravir les fins gourmets. Passage au crible de la graine qui n' a pas fini de faire parler d'elle.

Le kasha : qu'est-ce que c'est ?

N'allez-pas éplucher le dictionnaire à la recherche de cette dénomination, votre quête s'avèrerait sans issue. Derrière ce terme énigmatique et quelque peu exotique se cache du sarrasin grillé dont on a enlevé la peau. Originellement consommée sous la forme d'une bouillie dans les pays slaves, on assimilera la préparation à un semblant de porridge.

Le kasha, quinoa 2.0 ? Faux ! Ne faisant pas partie de la famille des graminées mais bien des polygonales où siègent l'oseille et la rhubarbe, le kasha surnommé faussement blé noir " n'est pas une céréale, brandissant ainsi le titre de gluten free. En découle des propriétés digestives indéniables.

Au niveau des bienfaits, le sarrasin grillé joue le premier de la classe : antioxydants de la famille des flavonoïdes en masse, foule d'acides aminés essentiels et de protéines végétales, mais aussi ribambelle de minéraux, vitamines et fibres. Bref, il coche toutes les cases !

Où trouver du kasha ?

A l'image d'une perle rare, le "blé noir" ne se procure pas à tous les coins de rues. On le retrouvera essentiellement dans des enseignes bio à l'instar de Naturalia ou de La Vie Claire. Des marques alimentaires comme Sabarot, Celnat et Marial le proposent  également. Côté tirelire, comptez généralement un prix au kilo oscillant entre cinq et dix euros.

Bon à savoir : assurez-vous que la mention "sarrasin décortiqué" ou "sarrasin grillé" soit estampillée à l'avant du paquet.

Comment déguster le kasha ?

On pourrait aisément comparer le kasha à un caméléon. En effet, au petit-déjeuner en sucré, au dîner en salé, en version crue ou cuite, il revête l'ensemble des casquettes. Le pouvoir gustatif du kasha ? Il libère un subtil goût fumé et grillé, qui en fait un assaisonnement cru et croquant de premier choix. On viendra gaiement saupoudrer un velouté de butternut et burrata d'une poignée de kasha. Dans la même veine, on glissera dans la salade composée du déjeuner quelques graines : pep's et croustillant au programme ! Et chez les becs sucrés, on n'hésitera pas à pimper compotes et mousses au chocolat.

Recettes avec du kasha

Comment cuire le kasha ?

Comme pour le riz, la cuisson du sarrasin décortiqué s'avère on ne peut plus simple ! Attention toutefois à y veiller comme du lait sur le feu, puisqu'après avoir versé un volume de kasha dans deux volumes d'eau frémissante, on baissera le feu et on fera mijoter seulement deux à trois minutes ! Pour les aficionados de plats chauds et mitonnés, fourrez vos légumes de kasha ou agrémentez quiches et galettes.

En version breuvage, le kasha correspond à l'ingrédient star du sobacha, une infusion parfumée et bourrée de vertus, notamment concernant son effet drainant.