Chinchard : prix, goût, cuisson, différence avec le maquereau

Bon marché, savoureux et plein d'atouts nutritionnels, le chinchard a tout pour plaire ! Suivez nos conseils pour bien choisir, conserver et cuisiner ce poisson.

Chinchard : prix, goût, cuisson, différence avec le maquereau
© paylessimages/123RF

Parfois délaissé ou confondu avec le maquereau, le chinchard dévoile une chair fine et délicate et se déguste aussi bien cru que cuit.

Histoire et caractéristiques du chinchard

Le chinchard est un poisson fusiforme de la famille des Carangidae. Il se déplace généralement en banc, dans les eaux de l'Atlantique Nord et Sud, ainsi qu'en Méditerranée.

Egalement dénommé "Gascon" en Occitanie, ou "Sévereau" en Provence, on le reconnaît à son corps élancé, son dos foncé, ses flancs blanc argenté et sa nageoire caudale très échancrée. Il possède de grands yeux et une mâchoire proéminente,

Le chinchard est souvent confondu avec le maquereau (avec qui il se déplace souvent !). Ce dernier appartient à la famille des Scombridae et se caractérise lui aussi par son corps fuselé. Mais il se différencie par son dos bleu-vert zébré de lignes bleu foncé, et sa nageoire caudale précédée de cinq petites nageoires.

Le chinchard peut être pêché à la traîne, au chalut ou au filet. Particulièrement prisé au Japon, il reste encore un peu délaissé en France, alors qu'il regorge pourtant d'atouts : peu onéreux et savoureux, il dévoile un goût iodé et moins puissant que celui du maquereau.

A quelle saison manger le chinchard ?

Le chinchard est présent pratiquement toute l'année sur les étals.

Les calories et les infos nutritionnelles du chinchard

Le chinchard fait partie de la famille des poissons bleus, réputés pour leur richesse en bonnes graisses et notamment en oméga 3, qui fait partie des acides gras poly-insaturés et joue un rôle sur la prévention des maladies cardio-vasculaires, du cancer et probablement de la maladie d'Alzheimer. Notons également qu'il est plus maigre (et un peu plus digeste) que son cousin le maquereau.

Le chinchard est également une excellente source de vitamine B12, indispensable au système nerveux et apporte aussi de la vitamine A, importante notamment pour la vision, et de la vitamine D. Celle-ci permet la fixation du calcium sur les os, prévient l'ostéoporose, et renforce le système immunitaire, Autre atout, le chinchard est riche en minéraux : il apporte ainsi du phosphore, constituant essentiel des cellules osseuses et de belles quantités de potassium qui participe à l'équilibre acido-basique et prévient les risques d'hypertension.

Valeur nutritionnelle du chinchard pour 100 g  
Protides 19 g
Glucides - g
Lipides 4,5 g
Calories 116 kcal

Comment choisir le chinchard ?

Comme pour tous les poissons, vous reconnaîtrez la fraîcheur du chinchard à son œil vif et brillant et son corps ferme. Vérifiez également que ses branchies sont de teinte uniforme et bien brillantes. Le chinchard doit dégager une odeur iodée, mais surtout pas désagréable !

Comment conserver le chinchard ?

Le chinchard se consomme de préférence le jour même de son achat. Une fois vidé et nettoyé, vous pourrez toutefois le conserver jusqu'à deux jours dans la partie la plus froide du réfrigérateur.

Comment cuisiner et déguster le chinchard ?

Le chinchard se cuisine un peu comme le maquereau et se plaît dans de multiples préparations. Vous pourrez par exemple le faire pocher dans un court bouillon, avant de le servir tel quel, avec un peu de fleur de sel, de poivre et un filet d'huile d'olive. Simple et léger à la fois !

Autre option, la cuisson à la poêle, dans un peu de beurre et d'huile, ou en papillote, avec de la moutarde et quelques herbes aromatiques.

Le chinchard se plaît aussi rapidement grillé au barbecue ou cuit sur une plancha bien chaude, avec quelques aromates. Les plus gros spécimens sont parfaits braisés au four, sur un lit de tomates et de fenouil. Essayez-le aussi façon asiatique, après l'avoir fait mariner dans un mélange de sauce soja, gingembre et coriandre.

Et pourquoi ne pas oser déguster le chinchard cru ? Demandez à votre poissonnier de lever les filets et d'enlever la peau. Taillez-les en fines lanières et faites mariner 1 h au frais avec huile d'olive et jus de citron. Parsemez d'un peu de piment d'Espelette et le tour est joué !

Poissons