Goulasch à la hongroise

3 / 5  basé sur 5 avis

Aussi bon chaud que froid mais meilleur encore réchauffé, dégusté avec un bon pain à l'ancienne au levain naturel. Bonheur assuré !

Ingrédients

Réalisation

  • Difficulté
  • Préparation
  • Cuisson
  • Temps Total
  • Facile
  • 30 mn
  • 3 h
  • 3 h 30 mn

Préparation

  1. 1
    Découper la viande en gros morceaux. Blanchir les lardons à l'eau. Dans une sauteuse, chauffer le saindoux, faire revenir la viande puis aussitôt après les oignons émincés. Saler et saupoudrer d'une cuillère à soupe de paprika doux et d'une bonne cuillère à soupe de cumin. Singer avec une bonne cuillère à soupe de farine.
  2. 2 Laisser étuver en remuant de temps à autre. Ajouter les tomates mondées et coupées en cubes (la peau servira à faire des roses pour le décor du plat), la poitrine, les demi-poivrons pelés et détaillés en cubes, le concentré de tomate, le zeste d'orange en julienne, l'ail grossièrement haché et la tablette de bouillon de boeuf. Mouiller avec 0,75 litre d'eau environ (couvrir la viande).
  3. 3 Laisser mijoter jusqu’à ce que la viande soit bien tendre, environ 2h30.
  4. 4 Ajouter les pommes de terre coupées en quatre, le céleri rave en cubes et laisser mijoter jusqu’à cuisson des pommes de terre. Le cas échéant, remettre un peu de bouillon pour allonger la sauce si le liquide ne suffit pas.
  5. 5 En fin de cuisson, ajouter le pot de crème fraîche et une cuillère à soupe de paprika fort. Laisser bouillr quelques minutes pour que la sauce se lie. Le cas échéant, on peut ne mettre le paprika qu'après le cuisson de la crème. Je trouve que le plat est un peu plus goûteux en mettant le paparika après.
  6. Pour finir
    Mettre la viande dans un plat en terre, ajouter les lardons, les petits oignons préalablement cuits et glacés au beurre à la poêle. Chinoiser et presser la sauce, rectifier l'assaisonnement et la verser sur la viande. Décorer avec une rose faite avec la peau des tomates, les pommes de terre, quelques zestes en julienne, saupoudrer de persil haché ou de cerfeuil. Servir très chaud.

Cuisinez, savourez… puis si vous le souhaitez, partagez / déposez (ci-dessous) votre avis sur cette recette.

Autour du même sujet

Recettes similaires

Idées recettes

Vos avis

  basé sur 5 avis )
Signaler Jolàn - 26 novembre 2007
Bien

Goulash ?
Pour moi, ce n'est pas du goulash. Dans le goulash, on ne met pas de poivrons, ni de sauce tomate. Pas besoin non plus de farine pour avoir une sauce épaisse. Par ailleurs, en Hongrie, nous ne mettons pas non plus de bouillon.

Signaler Graziella -  5 janvier 2010
Très bien

Le goulasch est une soupe
Il est vrai que ce ragout est bon comme tous les ragouts hongrois mais ce sont des paprikach. Le goulash diffère aussi de recettes mais c'est de la soupe.
Ma suggestion : Personnellement, je mets de la marjolaine, c'est très bon, même plus, un bon paprikache.

Signaler Catherine - 24 août 2008
Pas mal

Réponse à Bernard
Jolán a raison. Il y a, certes, plusieurs variétés de goulasch même en Hongrie (inutile de mentionner à la hongroise, car c'est un plat hongrois), mais elles ne comportent pas de crème.

Signaler Monique - 31 janvier 2010

Vite à mes fourneaux !
Sa lecture m'a réellement donné envie de la préparer. De plus, ma belle-fille chérie vient de me rapporter du paprika de son périple à Budapest. Une bonne façon d'y faire honneur.

Signaler Catherine - 24 août 2008

Jolán a raison
Ce n'est pas du goulasch. Il y a, certes, beaucoup de variantes de goulasch, mais aucune ne contient de la crème, ni de bouillon et pour cause.
Un plat hongrois que l'on fait avec de la crème s'appelle du paprikache, et ne se fait jamais avec du bœuf, mais plutôt avec de la volaille ou du gibier.